16 janvier 2007

Vieille casserole et jeune carotte

Ce mythe a la dent dure et pourtant je suis toujours aussi convaincue que ce n'est qu'un mythe. Je peux étayer cette affirmation par divers arguments. Avec les années, ma sexualité a nettement évolué, et c'est tant mieux, malgré le fait que l'innocence me manque parfois. J'ai croisé tout à l'heure un homme au regard sombre et aux cils très fournis qui m'a fait repenser à un ex-Jules. Il était marrant, mais sans plus de qualités que la moyenne. Or, je suis quand même tombée amoureuse de lui, parce qu'il faisait l'amour comme une bête. En tout cas, c'est ce que je pensais à l'époque. En me repassant les souvenirs de nos ébats, il y a de quoi sourire gentiment. C'était sympa, mais sans plus. Pas de positions élaborées, que du classique, et pour ce qui est des jeux de langues ou de mains, je m'en rappelle à peine, ce qui est bien la preuve de la banalité de nos rapports.

Il y a quelques temps, alors que j'étais allée danser avec des copines, je me suis fait bruyamment draguer par un jeune gars un peu fou. J'ai eu beau lui dire mon âge (dis ans de plus que lui), essayer de le décourager par des remarques ironiques, il n'a rien voulu entendre et m'a suivi jusqu'à la sortie. Il était tellement mignon que finalement, je l'ai ramené chez moi. C'était très chouette, très énergique comme j'aime, et ça a duré toute la nuit... mais somme toute assez banal.  Une bonne nuit d'amour sain, ça fait toujours du bien.

Plus récemment, un homme plus mûr (re-dix ans, mais de moins) que moi m'a fait une cour acharnée, à l'ancienne. J'ai adoré ces longs préliminaires galants. Des baisers langoureux, des fleurs, des ptits mots doux, la totale, et au bout d'un moment qui m'a paru interminable, nous nous sommes enfin retrouvés au lit. Ouch, là aussi, des préliminaires, très élaborés certes, qui n'en finissaient pas. Or, il faut savoir qu'à un moment ou un autre, si ça me plait un minimum, je deviens un brasier quasiment incontrôlable. Donc, action. Le pauvre pépère a pas tenu plus d'une demi-heure. Il était à bout de souffle, épuisé, et selon lui, beaucoup trop excité. Of course, je l'ai laissé se remettre doucement mais j'ai remis ça dans l'heure. Bon point pour lui : l'expérience, donc la totale connaissance d'un corps de femme, quelques positions nouvelles pour moi et beaucoup de délicatesse. Le reste frise le pathétique pour un homme baraqué qui a l'air en forme.

Solution : entre la jeune carotte et la vieille casserole, rien de tel que de chasser dans ma tranche d'âge, tout en me fiant beaucoup plus à mon feeling. Car généralement, maintenant, je sais quand ma proie va être un bon coup ou pas.

Posté par Lulabou à 13:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Vieille casserole et jeune carotte

Nouveau commentaire